Accueil

Le Maroc est un pays aisé en en ce qui concerne l'histoire, les traditions les us les coutumes, le peuple, la culture, la religion, le climat, la géographie, mais aussi bien d’autres choses plus encore. Pratiquement chacun de ces apparences et aspects du pays influence la mode vestimentaire des Marocains. Parmi la grande variété de vêtements au Maroc, nous trouvons la djellaba et le caftan, deux vêtements raffinés qui évoquent le style vestimentaire luxueux du pays.


Vêtement typiquement marocaine

Djellaba 1

Si l’on marche par-delà les rues de n’importe quelle ville du Maroc, on verra sans aucun doute et certainement certains hommes et femmes qui portent de très longs et amples costumes à capuche en dessus de leurs habits banals et normaux. Ce style vestimentaire à la mode porte pour nom la djellaba. Elle couvre la totalité du corps sauf pour celle de la tête, les mains et bien évidemment les pieds

La Djellaba des femmes

La djellaba pour le gente féminin est distincte par rapport à celle du gente masculin t cela est due à cause son style plus précisément ça coupe et de son objectif et raison du port du vêtement. Pour les femmes, elles portent une djellaba à cause de diverses raisons. En premier lieu t généralement, c'est un habit extrêmement très confortable au niveau de l’aisance et fortement fabuleuse au niveau de l’esthétique. Par la suite, c’est un style vestimentaire discret et réservé et modeste à porter dans un pays ou dans un endroit ou la croyance musulmane et les musulmans sont en ferveur. Il y a des femmes qui l’accompagnent et l’assortissent avec un foulard qui entoure leur cou ou leur tête. La raison du port d’une djellaba est tout aussi au moment où l’on fait des visites à la famille surtout pendant les fêtes et les évènements religieux.

Pour les hommes

Djellaba homme

Contrairement pour les femmes, les hommes ont exclusivement habitude de porter une djellaba afin de marquer les occasions et les évènements très spéciaux, de temps à autre surmontés du fabuleux et fameux couvre-chef marocain rouge, dont en un fez ou tarbouche et des pantoufles en cuir jaune, que l’on appelle sous le nom de babouches, mais aussi de Belge. La djellaba pour la gent féminine à plus de couleur quand elle est confrontée et comparée à celle des hommes en ce moment, les djellabas sont devenues de plus en plus courtes et de plus en plus fines. Il peut y avoir des versets du Coran qui mentionnent et pare de la djellaba telle un habit qui se doit être porté par les femmes musulmanes. Une djellaba est dans la majorité du temps du temps portée hors de la maison et il faut noter qu’il y a des djellabas spécifiques à porter pour chaque simple jour, mais aussi bien que pour des occasions et des festivités particulières et spécifiques.

Le Caftan

Le caftan désigne le style vestimentaire marocain qui de temps à autre s’apparente à la djellaba, mais exclusivement sans la capuche. Les provenances et origine du caftan en été vu et remontent à l’Empire ottoman. Effectivement c’était spécifiquement l’un des plus fins habits et vêtement ottoman porté par l’élite. Comme les autres habits, il a rencontré et fait face à des évolutions au fil du temps. Ce qui indique qu’elle n’a cessé d’édité et de rehaussé de valeur pendant de longs moments peut import les circonstances que ce soit de cause religieuse ou sociale. Au Maroc, les femmes le portent pour les évènements les occasions et les instants particuliers et spéciaux tels le mariage, pendant les jours de duelle. En effet, le caftan est le style vestimentaire par lequel se fondent les coupes esthétiques de la future femme précisément le jour de son mariage. Il est toutefois aussi porté sous une takchita, qui est une autre belle et stupéfiante robe et qui est munie de décoration sur le devant, des décorations qui sont faites à la base par des boutons classiquement traditionnels fabriqués artisanalement à la main, de larges manches et une ceinture assez épaisse que l’on porte autour de la taille. La différence et contrairement à la djellaba, un caftan ne doit jamais se faire porte hors de la demeure selon des bases religieuses.

Les accessoires qui vont avec la djellaba

Bien évidemment on ne peut pas porter une djellaba sans qu’il y ait des accessoires qui doivent les accompagner. Voici le strict minimum de ces accessoires

Le haïk

Haik

Contrairement à la femme rurale, surtout et exclusivement berbère provenons du haut et moyen-atlas et des femmes sahariennes, qui ne se voile en aucune façon le visage, les femmes citadines de Maroc, elle, ne pouvait pas sortir dans la rue , au début des années 50 du moins , sans être couvert par un " haïk ", ce qui est grand morceau de laine ou de coton d'environ cinq mètres sur un mètre soixante ; le Haïk est fait pour afin de cacher et de dissimule la morphologie du corps et le voile afin pour camoufler les traits du visage. Dans le pays Jbala, l’apparence et le style vestimentaire est l’un des traits et facteurs distinctifs de la culture Jebli. Le vêtement pour la gent féminine se dévoile dans la majeure partie du pays Jbala avec trois pièces emblématiques et symbolique. Le large chapeau de paille que l’on appelle (Chachiya). La ceinture fabriquée avec de la laine nommée (Kourziya), habituellement de couleur rouge, de laine et coton enroulée autour de la taille. La jupe-tablier (Mendile) : qui est rattaché à la ceinture en la couvrant, il fait une fois le tour de la taille en s’ouvrant par la suite au-devant, et il couvre presque pratiquement toute la jambe de la femme.

Le Selham

C’est la cape avec un capuchon qui recouvre la djellaba. Le burnous, qu’il soit fin pour l’été ou épais pour l’hiver, a toujours caractérisé l’élégance orientale masculine, et les femmes d’Espagne d’Andalousie s’en enveloppaient pour sortir, dès l’époque des Umayyades de Cordoue. La particularité du burnous réside dans sa confection. Longue cape, taillée d’une pièce, ornée de galons tressés et munie d’un capuchon garni d’un pompon de soie.